Booster les ventes des classes Premium Eco

Comme chaque mois, en 2017, des petits déjeuners à thème sont organisés par « Le Quotidien du Tourisme / Le Mag » à Paris, au Bristol. Pour parler du produit “classe Premium Eco”, le quotidien a réuni autour d’une table les représentants des différents opérateurs notamment Air France, Jet Airways, Misterfly, Kuoni, XL/La Compagnie, TourCom, Corsair et Air Austral.

premium-economy

Les utilisateurs de la classe Premium Eco

La classe Premium Economy est la plus prisée par la majorité des clients loisirs. Elle est adéquate pour satisfaire le segment “motif personnel”. La classe Premium Eco n’est pas une petite business class, selon Carole Paytavin qui représente la compagnie Air France.

Contrairement à Air Austral, selon Céline Moracchini, « sur la Réunion, la première clientèle est la clientèle affaires, puis quelques tour-opérateurs peuvent la vendre. Cela est comme une sorte de petite business class sur laquelle un compromis est demandé par des entreprises ».

Le patron de Corsair, Pascal de Izaguirre constate que « sur l’île Maurice, ce ne sont que la classe business et la classe Grand Large qui marchent le mieux sans trafic affaires. D’autres personnes se disent « se payer de belles vacances dans un très bel hôtel et voyager dans de bonnes conditions » et certaines font de l’arbitrage en faveur de l’hôtel. Selon Laurent Magninin, PDG de XL Airways, il n’y a pas de discussions, ses nouveaux avions entreront avec de la Premium Eco, et c’est tranché.

Cela ne fait pas partie de l’ordre du jour de Jet Airways selon Michel Simiault, DG d’Air France : « Nous avons deux destinations (Bombay et Madras) au départ de Paris qui durent respectivement 9 et 10 heures. Et pour ces durées de vols, la clientèle société exige la classe affaires. Le fait d’introduire une classe premium ne pourrait avoir de sens. Des upsell sont toutefois possibles pour la clientèle loisir, soit à partir des opérateurs, soit à l’aéroport ». Ce qui est favorable pour Richard Vainopoulos, président de TourCom, « depuis les années 2008-2009, la clientèle des sociétés ne veut plus passer deux ou trois nuits à l’hôtel après un long courrier. Elle veut donc voyager confortablement et non avec des enfants derrière ».

Le président de Kuoni, Emmanuel Foiry déplore le manque d’homogénéité des services afférents à la classe premium : « il faut se plonger dans le mode d’emploi » en renchérissant « le groupe Kuoni, sur toutes ses marques, tourne à 8 et 10 % de vente classe avant, premium et affaires. L’Océan Indien (Seychelles, Maldives, Maurice) tire ces ventes. La part de Emotions est de 25 %. Aucune vente n’est donc enregistré les weekends jusqu’à trois-quatre heures. Par contre il y a beaucoup de ventes pour le fast track, l’accès aux salons ».

Michel Lacombe de Misterfly souligne qu’il est difficile pour un opérateur de vendre la classe premium, « les ventes doivent être suscitées et Misterfly a développé un système permettant aux clients d’acheter des options dont la classe Premium. Ce système est mis en place en collaboration avec le programme Reach Content & Branding et Travelport. D’autres compagnies vont suivre si Corsair est déjà compatible ».

 

Advertisements
Categories: Uncategorized | Leave a comment

Post navigation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: