Il faut maitriser le transport en avion

Acheminer ses clients-voyageurs par avion est la meilleure solution quand les distances s’allongent. Toutefois, il faut savoir par quel moyen. Il est possible d’opter pour une opération directe ou avec un intermédiaire, une réservation des sièges ou affréter un appareil.

Pour choisir la meilleure solution, il faut prendre en compte plusieurs facteurs : la destination, la date et lelieu de départ, le caractère impératif ou non du voyage (lié à un championnat sportif ou un pèlerinage par exemple) ainsi que le nombre de personnes à transporter. Si par exemple, le voyage ne se rapporte pas à un événement spécifique et que la ville de départ est desservie par différentes compagnies aériennes et reliée à un aéroport international, la réservation des sièges sur une ligne régulière constitue la meilleure solution.

Cette solution ne pose pas de problème particulier si le nombre de personnes à transporter est de 10 à 40. Par contre, la procédure risque de se compliquer s’il s’agit d’un groupe de plus de 40 personnes puisque les compagnies nationales sont réticentes à l’idée de céder une partie importante de leurs places à une clientèle qui ne leur est obligatoirement pas rentable, particulièrement en haute saison. Toutefois, les petites compagnies sont plus flexibles à ce sujet. « Nous acceptons les groupes de toute taille, même s’ils comptent 188 personnes, soit la capacité de nos avions ! », assure le responsable des ventes aux tour-opérateurs et groupes au sein deTransavia, Coralie Beaupied. « Nous acceptons les groupes de 80 à 100 personnes », affirme Thiago Martins, directeur commercial de la compagnie française Air Azur.

La réservation des voyages ponctuels

Concernant les voyages ponctuels, la procédure est facilitée : pour l’organisateur du groupe, il peut payer un acompte de 10 à 30 % lors de la réservation des places avec leur nombre précis et sous 60 et 15 jours, il peut solder la facture. En général, les noms des voyageurs sont communiqués 3 ou 5 jours avant le départ. Les conditions d’annulation et les dates limites de rétrocession des places excédentaires précisément sont sérieusement négociées. « Nous faisons en général le point 90 jours avant le départ », exprime Lilla Robic, directrice générale de GSA Travel, une entreprise qui représente la compagnie mexicaine intérieure Aeromar en France.

Chez Transavia, les rétrocessions peuvent se faire jusqu’à 60 ou 45 jours. Toutefois, ces délais sont négociables. « D’où l’intérêt d’être fidèle à un réseau restreint de partenaires, qui, du coup, se trouvent enclins à plus de souplesse », affirme un agent de voyages groupistes. Adhérer à un réseau d’agences constitue donc pour eux un véritable atout. « Le groupiste bénéficie des conditions prévues par nos accords-cadres avec les compagnies aériennes. Pour autant, même s’il négocie directement son adhésion à notre réseau, cela constitue pour ces dernières un gage de sa fiabilité financière », souligne le directeur général du réseau TourCom, Richard Vainopoulos. Ce réseau regroupe environ un millier d’agences.

Pour ce qui est des litiges

Le recours au transport aérien n’est pas à l’abri des incidents comme les retards importants, les pannes, voire les accidents. La chaîne logistique du voyage est compromise en raison de ces incidents. À Richard Vainopoulos de TourCom de rappeler : « La loi est très claire : le vendeur du voyage – autrement dit le groupiste ou autocariste – est responsable ». Donc ils ont intérêt à collaborer avec des partenaires qui sont sûrs d’appliquer la réglementation européenne comme les compagnies aériennes ou les brokers.

Par rapport à cela, tous les passagers décollant ou atterrissant à un aéroport sis sur le territoire d’un État membre bénéficient des droits élémentaires que leur garantit le règlement CE 261/2004 du moment qu’un transporteur européen assure le vol. À l’accoutumée, la compagnie et l’autocariste règlent les litiges entre eux. Ou bien entre le broker et la compagnie, puis entre l’autocariste et le broker. L’autocariste n’a pas besoin d’assurance spécifique normalement. Il aura juste besoin des assurances obligatoires pour son immatriculation en tant qu’organisateur de voyages auprès d’Atout France. Dans le cas où des compagnies situées en dehors de l’Europe ou non européennes sont utilisées, il est important de rester prudent.

Advertisements
Categories: Uncategorized | Tags: | Leave a comment

Post navigation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: